Célébration de la journée mondiale de lutte contre le paludisme au Togo.

Publié le par hibanos

 

Une mère allaitant son bébé sous une moustiquaire imprégnée
Le lancement officiel des manifestations de la journée mondiale de lutte contre le paludisme a eu lieu ce mardi 11 mai 2010 à Amlamé dans la préfecture de l'Amou en présence du Ministre de la Santé, M. Komlan Mally.

 

 Au Togo, pays endémique, le paludisme constitue la première cause de morbidité et de mortalité. En moyenne 1 personne sur 20 qui développent la maladie, décède et dans la plupart des cas ce sont les enfants de moins de 5 ans. Moins de la moitié des enfants fébriles sont traités avec un antipaludéen approprié et seulement 40% reçoivent des antipaludéens dans les 24 heures suivant l'apparition des symptômes. Pendant leurs grossesses, seules 34% des femmes enceintes reçoivent le traitement préventif intermittent (TPI), le traitement le plus efficace pour prévenir le paludisme, selon une étude réalisée en 2009.

Au titre des actions, le gouvernement togolais appuyé par les partenaires au développement notamment l'UNICEF, procède régulièrement à une distribution massive de Moustiquaires Imprégnées d'Insecticide de longue durée (MILDA) aux populations. Mais ces efforts demeurent insuffisants par rapport aux objectifs du Plan stratégique national 2006-2010, baptisé:  « Faire reculer le Paludisme ».

Selon le bureau de l'Organisation des Nations pour l'Enfance (UNICEF) à Lomé,  une évaluation faite en 2009, a montré que 77% des enfants de moins de cinq ans dorment sous une moustiquaire imprégnée et 60% des ménages utilisent une MILDA. Pourtant, il est prouvé que l'utilisation de MILDA réduit de 20% les décès d'enfants de moins de cinq dus aux causes palustres. C'est pourquoi l'UNICEF s'est déjà positionnée comme partenaire de la campagne nationale de distribution des Moustiquaires imprégnées d'insecticide prévue au cours de cette année 2010.

En termes de traitement curatif, la Combinaison Thérapeutique à base d'Artemisinine (CTA) est considérée comme la méthode la plus porteuse de résultats.

Cependant, souligne l'étude de l'UNICEF, pour parvenir à maitriser le paludisme et commencer à inverser la tendance actuelle, comme le stipule le point n°6 des OMD (Objectifs du Millénaire pour le Développement), il importe que dès maintenant, la priorité soit aussi accordée au renforcement de la prévention et de la prise en charge du paludisme dans les formations sanitaires et par les agents communautaires, au suivi régulier et à la supervision des activités de lutte contre le paludisme.

«Beaucoup d'efforts ont été entrepris pour mobiliser les ressources et réduire le fardeau de la maladie en Afrique. Toutefois, les fonds disponibles sont encore loin d'atteindre les 6 milliards de $US estimés nécessaires à la mise en œuvre des interventions de lutte contre le paludisme au niveau mondial pour la seule année 2010», explique un cadre de l'UNICEF.

Les actions suivantes sont au programme de l'UNICEF au Togo au cours de cette année dans le cadre de ses stratégies de lutte contre le paludisme :

  • le renforcement de la prévention et de la prise en charge du paludisme dans les formations sanitaires
  • le renforcement de la prise en charge du paludisme simple par les agents communautaires
  • le suivi et supervision des activités de lutte contre le paludisme
  • la campagne nationale de distribution des moustiquaires imprégnées d'insecticide.

Commenter cet article