Crise du cheptel togolais : bientôt un fonds d’indemnisation des éleveurs

Publié le par hibanos

Le Ministre Ewovor entouré des représentants de la FAO et de l'UE
En 2007 et 2008, deux vagues épizootiques d'influenza aviaires hautement pathogènes ont sérieusement touché le cheptel togolais. Actuellement, d'autres flambées de maladies infectieuses telles que la maladie de Newcasttle, la peste porcine africaine et la fièvre charbonneuse sévissent dans certaines régions du pays. Afin d'éviter l'extension de ces maladies, l'abattage des animaux malades demeure la meilleure solution. Cette mesure qui s'accompagne d'une indemnisation immédiate, équitable et transparente est au centre d'un atelier qu'organise l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentaion et l'Agriculture (FAO) et le Ministère de l'Agriculture de l'Elévage et de la Pêche. La rencontre a lieu ce mercredi 18 août 2010 dans un grand hôtel de la capitale togolaise.

L'atelier vise essentiellement à analyser un document de procédures administratives, financières et comptables de gestion du fonds d'indemnisation élaboré par le gouvernement togolais. Au terme de ces travaux, le Togo devra disposer d'un manuel présentant clairement la procédure d'indemnisation des propriétaires d'animaux, objets d'abattages sanitaires et décrivant les tâches et les responsabilités des parties prenantes aux différentes étapes du processus.

 

Photo de famille des participants à l'atelier

Selon la Représentante par intérim de la FAO au Togo, Mme Daoulé Diallo Ba, «la validation technique de ce document permettra la mise à la disposition du Togo d'une somme de 50 millions de F CFA  destinée à constituer un fonds de base pour servir à l'indemnisation des éleveurs en cas de crise zoosanitaire». Pour sa part, le Ministre de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche a rappellé les stratégies déjà mises en œuvre par le gouvernement togolais pou lutter éfficacement contre les maladies animales et zoonoses ; il a ainsi évoqué la mise en place du réseau de surveillance épidémiologique(REMATO). Il s'est ensuite réjouit de cette nouvelle démarche avec l'appui de la FAO qui permettra d'alimenter la caisse d'indenmisation. «Nous disposons désormais d'outils codifiés destinés à faciliter l'adhésion de nos éleveurs aux opérations d'abattage et à les aider dans la relance de leur spéculation», a-t-il souligné.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Roland 19/08/2010 10:52


il faut veiller à ce que ce fonds ne soit pas détourner par des personnes mal intentionnées. merci et à bientôt


ABOU Hibana 19/08/2010 11:09



merci pour votre conseil. à bientôt Mr. Roland



Rykky 19/08/2010 10:48


Merci bravo pour ce article et merci aux initiateurs de ce fonds d'indemnisation


ABOU Hibana 19/08/2010 11:11



merci à vous Rykky pour les encouragements