Groupe technique régional (GTR) de CountrySTAT et UEMOASTAT des Etats membres de l’UEMOA

Publié le par Administrateur

Pour un meilleur pilotage de la Politique Agricole de l’Union (PAU), la Commission de l’UEMOA a lancé la mise en œuvre d’un Système d’Information Agricole Régional (SIAR) dont l’objectif est la mise en œuvre d’un système d’information sur la sécurité alimentaire, de pilotage des grandes filières agricoles, d’information sur les marchés agricoles et pour l’aide aux négociations internationales.

 

Pour l’atteinte de cet objectif, la disponibilité de données statistiques agricoles et alimentaires fiables et conformes aux standards internationaux, accessibles et répondants aux besoins de suivi-évaluation des performances agricoles et de l’état de la sécurité alimentaire dans l’espace UEMOA est plus que nécessaire.

 

La mise en œuvre du projet CountrySTAT par la FAO, au profit des pays africains dont cinq (05) de l’espace UEMOA depuis 2008 avec le financement de la Fondation Bill & Melinda Gates, a été une opportunité majeure que la Commission a fortement salué au regard de la force du système et des besoins en statistiques agricoles et alimentaires de l’Union. Afin de gagner en temps, la Commission a adopté le système CountrySTAT comme instrument officiel de l’UEMOA pour le rassemblement, l’harmonisation et la diffusion des données statistiques sur l’agriculture, le développement rural et l’alimentation des Etats membres.

 

Toutes choses qui justifient son extension aux trois Etats membres non bénéficiaires qu’étaient la Guinée Bissau, le Niger et le Togo et au siège de la Commission. C’est fort de ses ambitions que la Commission a dégagé ses propres ressources pour mobiliser l’expertise de la FAO afin de permettre très rapidement la mise en œuvre du système CountrySTAT dans ces trois pays et auprès de la Commission.

 

La mise en place du système CountrySTAT dans tous les Etats membres par la FAO permet d’assurer :

 

la disponibilité de statistiques agricoles et alimentaires fiables et conformes à des standards communs.

La comparabilité de l’agriculture et la situation alimentaire des Etats entre eux, ainsi que le suivi global des performances agricoles de l’Union dans son ensemble par l’implantation de UEMOSTAT qui se nourrira des statistiques provenant de chacun des CountrySTAT des huit Etats.

L’établissement et la diffusion d’indicateurs globaux au niveau régional sur l’agriculture, l’alimentation et le secteur rural.

 

Le niveau de maturité auquel les trois nouveaux pays de l’UEMOA, à savoir la Guinée Bissau, le Niger et le Togo, ont atteint dans le processus de mise en œuvre de leur système CountrySTAT permet alors aujourd’hui d’engager la mise en place d’un cadre régulier de concertation régionale pour l’amélioration des statistiques agricoles et alimentaires regroupant les Coordonateurs techniques des huit Etats membres et de l’équipe régionale du projet à la Commission de l’UEMOA et qui fera office de Groupe Technique Régional CountrySTAT/UEMOASTAT.

 

En attendant le lancement officiel des CountrySTAT de la Guinée Bissau et de UEMOASTAT, préalable au lancement de ce cadre de concertation, il a été organisé, en marge de l’atelier régional de formation des administrateurs de CountrySTAT qui s’est déroulé à Douala (Cameroun) du 3 au 7 Décembre 2012, une réunion préparatoire à la tenue de cette première rencontre régionale de concertation.

 

Cette rencontre a permis de mettre en évidence les progrès accomplis par les Etats membres en matière de rassemblement, d’harmonisation et de dissémination des données dans les Etats membres. Elle a également permis de s’accorder sur la nécessité de mettre en place et d’animer le Groupe de Travail Régional (GTR) en vue de :

·  identifier les priorités régionales en matière d’élaboration des données ;

· créer les conditions d’instauration d’un cadre technique d’échange sur la qualité, l’exhaustivité et l’harmonisation des statistiques agricoles, rurales et de sécurité alimentaire au niveau régional ;

· développer le partage d’expérience en matière d’organisation, de coordination de la production et la diffusion des statistiques sectorielles ; 

· harmoniser les méthodes et outils de production des statistiques sectorielles agricoles, rurales et de sécurité alimentaire de l’UEMOA ; 

· renforcer le cadre légal, institutionnel et organisationnel de la production statistique des Etats membres et de l’Union dans le domaine de l’alimentation, l’agriculture et le secteur rural ;

· échanger les expériences sur les méthodes d’estimations des données manquantes ;

· suivre et évaluer les progrès des Etats membres en matière de développement statistique et de mise en œuvre des recommandations des instances régionales de coordination statistique.

Commenter cet article