L’Enfant, cet être cher !

Publié le par hibanos

 

Le code de l'Enfant togolais
Le Togo a procédé au lancement de la campagne nationale de vulgarisation du code de l'Enfant, ce 12 mai 2010 à Lomé. Délibérée et adoptée par l'Assemblée Nationale, la Loi portant code de l'enfant a été promulguée par le Président de la République, Faure Gnassingbé, le 06 juillet 2007. Pour encourager sa mise en pratique et son respect par la société, elle a été lancée par la Ministre de l'Action sociale, de la Promotion de la Femme, de la Protection de l'Enfant et des Personnes Agées, Mme Ibrahima Mémounatou, au Palais des Congrès de Lomé. Cette cérémonie a connu la présence massive des personnalités politiques, consulaires, diplomatiques et des autorités religieuses et traditionnelles. « Le code de l'enfant ne serait véritablement appliqué que si les parents, les groupes socioprofessionnelles, les garants des Us et coutumes, les leaders d'opinions, les enfants eux-mêmes et ceux qui ont en charge le respect de la loi, le connaissent dans tous ses détails et appréhendent la portée des dispositions qu'il contient », recommande la Ministre Ibahima Mémounatou de l'Action sociale.

 

L'article 5 du code de l'Enfant stipule : « tout enfant a droit à la jouissance de tous les droits et libertés reconnus et garantis par le présent code. Est interdite toute discrimination fondée sur la race, l'appartenance ethnique, la couleur, le sexe, la langue, la religion, les opinions politiques ou autres, l'origine nationale et sociale, la fortune, la naissance, le handicap, l'état de santé ou tout autre statut ».

Pour renforcer cet arsenal juridique de la protection de l'enfant, le Ministère de la Justice s'est déjà mobilisé pour le rendre effectif à travers le Programme National de Modernisation de la Justice (PNMJ).

Pour le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Biossey Kokou Tozoun, « dans le sous programme 3 du PNMJ relatif au renforcement de l'indépendance et de l'amélioration du fonctionnement des juridictions, le projet 6 a été consacré au développement des juridictions spécialisés au rang desquels, le tribunal pour enfant ».

Selon le Ministre de la Justice, les magistrats et les auxiliaires de justice mènent encore une étude aujourd'hui pour proposer un cadre favorisant la prise en compte juridique et judiciaire des enfants par la brigade de protection des mineurs et le tribunal pour enfants.

Dans le cadre de la campagne nationale de vulgarisation du code de l'Enfant, le Ministre de la justice a promis que son département « apportera dans la mesure du possible sa contribution à la réalisation de son objectif assigné à cette campagne afin de faire de l'instrument juridique qu'est le code de l'enfant, un document connu de tous, y compris le monde des enfants eux-mêmes ».

Grâce au soutien financier du Fonds de Nations Unies pour l'Enfance UNICEF, le Ministère de la Protection de l'Enfant a, au cours de cette cérémonie de lancement, procédé à une large distribution gratuite du document.

« Le code de l'enfant ne serait véritablement appliqué que si les parents, les groupes socioprofessionnelles, les garants des Us et coutumes, les leaders d'opinions, les enfants eux-mêmes et ceux qui ont la charge, le respect de la loi, le connaissent dans tous ses détails et appréhendent la portée des dispositions qu'il contient », a indiqué Mme Ibrahima Mémounatou.Le public lors du lancement de la campagne nationale de vulgarisation du code de l'Enfant

La Ministre de l'Action sociale a promis que le lancement du code, auquel le public a participé, sera relayé dans les jours à venir par des actions d'information et de sensibilisation de masse à travers le pays.

 

Commenter cet article