La Banque mondiale accorde 6,5 milliards de CFA pour le développement du secteur privé togolais

Publié le par Administrateur

M. Hervé Assah, le Représentant Résident de la Banque Mondiale au Togo
La Banque mondiale, dans sa politique d'accompagnement des pays en voie de développement, a accordé un don de 13 millions de dollars (environ 6,5 milliards de F CFA) au Togo. Un important soutien aux efforts entrepris par les autorités togolaises dans le cadre de la relance du secteur privé. Les domaines particulièrement  ciblés par l'appui de la Banque mondiale sont notamment : la réduction du temps pour la création d'entreprises de 75 à 5 jours pour encourager l'entreprenariat et la formalisation des entreprises, l'amélioration de la performance des micro et petites entreprises pour promouvoir la création d'emplois et développer les compétences entrepreneuriales et l'instauration d'un cadre de partenariat public privé juridique, réglementaire et institutionnel applicable à la zone franche et aux zones économiques spéciales pour promouvoir les investissements, et générer des avantages économiques pour le pays.

Pour atteindre les résultats visés, le projet va appuyer des réformes du climat des investissements,  le développement des capacités entrepreneuriales, et le développement d'une nouvelle zone franche. 


"L'approbation par le Conseil d'Administration de la Banque mondiale du Projet d'Aide au Développement du Secteur Privé, est un couronnement des efforts des autorités togolaises pour faire du secteur privé le véritable moteur de la croissance économique du pays. Nous félicitons l'équipe togolaise pour tous les efforts consentis pour obtenir ce financement. Le PADSP est un projet sur lequel nous comptons pour lever certains obstacles et permettre au secteur privé de jouer pleinement son rôle de moteur de croissance économique et de création d'emplois » a indiqué le Directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Togo, Mandani Tall.

Le PADSP cadre parfaitement avec la stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP) du Togo, dont le deuxième pilier du DSRP met l'accent sur la consolidation d'une croissance forte et durable. Il s'aligne également sur la Note de Stratégie Intérimaire de la Banque mondiale pour le Togo, qui a mis l'accent sur les secteurs porteurs de croissance.

Il s'agit également d'un soutien de poids à la politique d'assainissement du secteur des affaires mise en oeuvre par le Président Faure Gnassingbé, qui a lancé vendredi 25 mars 2011, le Conseil présidentiel pour l'investissement au Togo.

Commenter cet article