La CVJR : acquis, contraintes et perspectives

Publié le par hibanos

 

Les membres de la CVJR avec en soutane Monseigneur Barrigah-BénissanLa Commission Vérité, Justice et Réconciliation, CVJR, mise en place depuis le 25 mai 2009, a rencontré la presse pour lui faire le bilan de ses acquis et contraintes et évoquer ses perspectives. La rencontre présidée par Monseigneur Nicodème Anani Barrigah-Bénissani a eu lieu ce 03 juin 2010 à son siège à Lomé. La commission a fait part de la reprise de ses activités après sept mois d'interruption consacrée à l'accompagnement du processus électoral et au démarrage très prochainement des activités de dépositions, « un engagement à aller jusqu'au bout du processus vérité, justice et réconciliation », selon Mgr Barrigah. La commission a saisi l'occasion pour présenter aux journalistes son site web et sa ligne verte téléphonique, mise à la disposition des Togolais pour faire connaître ses activités à la diaspora, faciliter et permettre la remontée d'informations relatives au processus Vérité, Justice et Réconciliation vers l'institution. Il s'agit de www.cvjr-togo.org pour le site Web et (228) 800 12 12 pour le numéro de téléphone.

Pour la CVJR, les 12 mois écoulés ont été consacrés à deux phases à savoir :

  • la phase de démarrage avec la formation des commissaires, la rédaction, l'étude et l'adoption des textes de référence et la validation de divers documents définissant leur mission, leur mandat et leurs prérogatives indispensables au fonctionnement de la CVJR, le plaidoyer auprès des partis politiques, la société civile, l'Etat major de l'Armée, la gendarmerie, la police... et la mobilisation des ressources
  • la phase de la mobilisation en faveur d'une élection transparente avec des campagnes de sensibilisation auprès des autorités de l'Etat, des Institutions, des partis politiques et des populations pour une élection apaisée et sans violence

Après ces deux phases, place à la reprise des travaux en sous commissions et en plénière qui ont permis aux membres de la CVJR, de créer le site Web et une ligne verte pour faciliter le contact avec le public.Les journalistes face à la commission

Il s'agit de http://www.cvjr-togo.org  pour le site Web et (228) 800 12 12 pour le numéro de téléphone.

« L'étape que nous amorçons à présent concerne les dépositions qui seront bientôt suivies des investigations. Nos prévisions sont de démarrer cette phase des dépositions au plus tard dans un mois, en veillant à exposer aux togolais concernés, le contenu et les modalités de participation à cette phase importante par le biais d'une campagne de sensibilisation », a déclaré Monseigneur Nicodème Anani Bénissan-Barrigah, Président de la CVJR.

Le Président de la CVJR a fait état de certaines contraintes notamment : 

  • l'impossibilité matérielle de la CVJR à respecter son agenda initial à cause de la phase préparatoire et l'élection présidentielle
  • l'insuffisance actuelle des ressources financières malgré les 450 millions accordés par le gouvernement, les 250 millions qu'il a annoncés et les contributions reçues des partenaires
  • les pesanteurs liées au contexte sociopolitique national
  • la réserve des personnes cibles à coopérer lors des investigations
  • la crainte des personnes cibles pour raison de sécurité lors des audiences publiques et in camera

Le Président Barrigah a évoqué la foi et la détermination des membres de sa commission à « aller au bout de leur mission si les conditions matérielles et politiques sont réunies ».Les membres de la CVJR en conférence de presse

La déclaration liminaire du Président de la CVJR Mgr Nicodème Barrigah-Benissan

 

Je voudrais, avant tout propos, vous remercier au nom de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) d'avoir accepté notre invitation à cette conférence de presse, ce jour jeudi, 3 juin 2010. Cette réunion est consacrée au thème « la CVJR, acquis, contraintes et perspectives » et répond à la volonté de la CVJR de continuer à vous tenir informés de ses activités en respectant le pari de la transparence que nous avons pris avec vous dès le départ.

Après sept mois d'interruption de ses activités réglementaires pour se consacrer à l'accompagnement du processus électoral, la CVJR a repris ses travaux habituels en sous commissions et en plénière, conformément à son agenda, et les informations que nous portons à votre attention ce jour, à savoir le lancement de notre site web, la mise en service de notre ligne verte et le démarrage des activités de dépositions, sont l'aboutissement de notre engagement à aller au bout du processus vérité, justice et réconciliation.

Avant d'aller plus loin, permettez que je jette un bref regard rétrospectif sur nos activités pour faire un état des lieux de ce que nous avons déjà réalisé dans le cadre de notre mandat,  constater nos acquis et partager avec vous, nos difficultés et nos contraintes.

Les douze (12) mois qui viennent de s'écouler se subdivisent en deux grandes périodes : la phase de démarrage et celle de la mobilisation en faveur d'une élection transparente et paisible.

La CVJR a démarré ses travaux aussitôt après la nomination de ses membres, le 25 mai 2009, suivie de leur installation, le 29 du même mois. Au point de départ, la priorité de la CVJR, assistée par le HCDH, fut d'assurer la formation des commissaires grâce à la contribution d'experts venus notamment de Genève, d'Afrique du Sud, du Pérou, du Maroc,  du Ghana et du Bénin. Ensuite la CVJR a procédé à la rédaction, à l'étude, à l'adoption des textes de référence  et à la validation de divers documents définissant leur mission, leur mandat et leurs prérogatives indispensables au fonctionnement de la CVJR : le Règlement Intérieur, le Mémorandum de clarification et d'opérationnalisation de certains concepts, le Projet de budget de la Commission, le Guide pratique de vulgarisation du mandat de la Commission et la stratégie de communication. Vous vous en rendez compte, c'est un travail préalable et préparatoire qui a nous a occupé les 5 premiers mois.

Ensuite conformément à son agenda, la commission a entrepris un plaidoyer auprès de la plupart des composantes de la communauté togolaise dans le cadre de la mobilisation sociale. A ce sujet la CVJR a rencontré les partis politiques et organisations signataires de l'APG (CDPA, PDR, RPT, UFC, CAR, REFAMP et GF2D) et les partis politiques dits extraparlementaires. Nous avons aussi rencontré l'Etat Major de l'Armée, la Gendarmerie Nationale, la Police, la Cour Constitutionnelle et la Cour Suprême, les autorités traditionnelles et administratives, les associations des médias.... Enfin, la CVJR a initié une série de rencontres avec les partenaires pour la mobilisation des fonds pour exposer nos besoins et attentes. Cette dernière activité est d'ailleurs transversale et continue puisque la mobilisation des ressources se fait au fur et à mesure que nous avançons dans la mise en œuvre de notre mandat. Il faut  souligner que les budgets des autres expériences similaires faites ailleurs dans le monde ont nécessité la mobilisation d'une enveloppe de 2,5 à 4 milliards de FCFA.

Mesdames et Messieurs,

Je le disais tantôt au début de mes propos, nos activités ont  dû être mises  en veilleuse à cause du processus électoral lié à la présidentielle du 4 mars dernier. Imprévue au départ, cette deuxième phase de notre mission qui s'est étalée sur près de sept mois, a été imposée à la CVJR par les événements sociopolitiques du pays. En effet, devant la montée inquiétante de la tension autour de l'élection présidentielle en préparation, la Commission s'est rendue à l'évidence qu'elle ne pouvait pas rester indifférente au déroulement du scrutin en limitant son action  aux prescriptions de son mandat. C'est ainsi qu'elle s'est engagée dans une campagne de sensibilisation auprès des Autorités de l'Etat, des institutions, des partis politiques et des populations. D'autre part, la CVJR a été également associée à plusieurs initiatives destinées à préserver la paix sociale, notamment la rédaction d'un code de bonne conduite à l'intention des partis politiques engagés dans le processus électoral, la mise sur pied d'un « Conseil de Sages » etc...

Ces deux phases achevées, nous avons donc repris les travaux en sous commissions et en plénière depuis quelques semaines. Et je suis heureux de vous présenter aujourd'hui les fruits de notre activité : La ligne verte 800 12 12 et le siteweb http://www.cvjr-togo.org/.

La ligne verte, vous le savez, est un numéro dont l'appel est gratuit. Il  s'agit d'un numéro, le 800 12 12 que la CVJR met à la disposition des Togolais en général et des personnes qui sont des cibles spécifiques de son mandat, en particulier, pour faciliter le contact entre la CVJR et le public. En outre, le Numéro vert va faciliter la remontée d'informations relatives au processus VJR vers la CVJR.  Cette ligne verte est ouverte à tout public et pour le moment, elle sera opérationnelle aux jours et heures ouvrables. Le Site web nous permettra, au-delà du contact permanent avec le secteur des médias, de discuter avec les Togolais d'ici et de la Diaspora et d'exposer en temps réel ce que nous faisons et ce que nous envisageons de faire.

L'étape que nous amorçons à présent concerne les dépositions qui seront  bientôt suivies des investigations. A cette fin, avec le soutien de ses partenaires, notamment le HCDH, le PNUD et l'UE, la CVJR est entrain de procéder :

  • à l'ouverture des bureaux dans les chefs-lieux des régions (à Tsévié, Atakpamé, Sokodé, Kara, Dapaong, Aného, Kpalimé et Lomé);
  • au recrutement et à la formation du personnel indispensable au recueil des dépositions.

Nos prévisions sont de démarrer cette phase des dépositions au plus tard  dans un mois, en veillant à exposer aux Togolais concernés, le contenu et les modalités de participation à cette phase importante par le biais d'une  campagne de sensibilisation. Pour mettre toutes les chances de notre coté, nous avons prévu une série de formations à l'intention des professionnels des médias tout au long de ce mois de juin, afin de mieux vous informer pour que vous nous aidiez à mieux informer les Togolais et l'opinion publique, tant il est vrai que la problématique du processus Vérité, Justice et Réconciliation est une question complexe.

Je voudrais à présent évoquer quelques unes des contraintes que nous avons ou que nous appréhendons :

  •  L'impossibilité matérielle de la CVJR à respecter son agenda initial à cause de la phase préparatoire et de l'élection présidentielle;
  • L'insuffisance actuelle des ressources financières malgré les 450 millions accordés par le Gouvernement, les 250 millions qu'il a annoncés et les contributions reçues des partenaires;
  • Les pesanteurs liées au contexte sociopolitique national;
  • La réserve des personnes cibles à coopérer lors des investigations;
  • La crainte des personnes cibles pour raison de sécurité lors des audiences publiques et in camera. A ce sujet, je voudrais d'ores et déjà indiquer la CVJR est entrain d'élaborer un plan de protection pour garantir leur sécurité. De même un encadrement psychologique et médical sera fait durant cette phase pour les commissaires et les témoins, victimes ou auteurs d'autre part. Par ailleurs, des audiences à huis clos seront organisées si les circonstances l'exigent.

Pour terminer mon propos liminaire, je voudrais vous redire la foi et la détermination des membres de la CVJR à aller au bout de leur mission si les conditions matérielles et politiques sont réunies. Pour le moment nous n'avons pas de raison de douter de la sincérité et de la disponibilité de nos partenaires et nous espérons que  les mesures d'apaisement et de réparation  individuelle ou collective qui seront proposées par la Commission seront un gage de réussite de notre mission. La Réconciliation est une œuvre nationale. Seuls les membres de la commission ne pourront pas tout faire. Avec la participation de tous,  les travaux de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation  aideront les Togolais à envisager l'avenir avec beaucoup plus de sérénité. Le délai pour atteindre ces objectifs est court mais nous avons foi  et malgré les contraintes nous ne décevrons pas les Togolais.

Je vous remercie pour votre bienveillante attention.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article