La CVJR ouvre les bureaux de ses huit antennes régionales

Publié le par ABOU Hibana


Le Président de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation Mgr Barrigah
C'est ce mardi 03 août 2010, que la Commission Vérité Justice et Réconciliation ouvre officiellement les bureaux de ses antennes régionales. Ceci dans le cadre de la phase de collecte des dépositions des victimes ou auteurs présumés des violences à caractère politique des années 1958 à 2005. Au total 8 antennes régionales seront donc ouvertes à travers tout le territoire national. Ces antennes sont installées dans les villes suivantes : Aného, Tsévié, Kpalimé, Atakpamé, Sokodé, Kara, Dapaong et Lomé (pour les 5 arrondissements de la capitale) indique, un communiqué de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation.

 

Pendant quatre mois, les huit antennes régionales recevront les dépositions des plaignants auprès des chefs d'antenne ou des équipes mobiles basées elles au chef-lieu de préfecture.

Les dépositions devant se dérouler en toute confidentialité dans les lieux aménagés à cet effet dans les villes. "Il est du devoir de chacun d'aider à faire prévaloir l'esprit de civisme, de collaboration et de convivialité en vue de la réussite de cette mission" indique le communiqué de la CVJR.

L'ouverture des bureaux des antennes régionales est mise en œuvre après la formation du personnel, récemment déployé, qui a été préparé à recevoir les dépositions du 19 au 23 juillet dernier à Lomé.   

La CVJR a déjà procédé du 20 au 23 juillet au renforcement des capacités des agents qui seront déployés sur l'ensemble du territoire national pour le recensement des victimes. Il s'agissait, selon le Président de la  Commission, Mgr Nicodème Barrigah-Bénissan, de donner les outils, les techniques et la méthode aux participants pour qu'ils accomplissent au mieux leur devoir.

Composée de 11 membres  issus de toutes les couches socioprofessionnelles, notamment des confessions religieuses, des organisations de défense des droits de l'homme, des organisations des femmes, de la chefferie traditionnelle, de l'ordre des médecins et des universitaires, la Commission Vérité Justice et Réconciliation, est chargée de faire la lumière sur les violences à caractère politique et électorale de 1958 jusqu'en 2005.

Commenter cet article