Le Président de la BIDC et de la BOAD chez Faure Gnassingbé

Publié le par Administrateur


Le Président Faure Gnassingbé et M. Christian Adovélande
Au centre des échanges entre le Chef de l'Etat togolais et le nouveau patron de la Banque Ouest Africaine de Développement, ce mercredi 23 février 2011 au Palais de la Présidence, les projets en exécution et en instruction au sein de l'espace UEMOA, dont Faure Gnassingbé préside la Conférence des Chefs d'Etat et de gouvernement, depuis le 22 janvier 2011. « Le Chef de l'Etat m'a donné un certain nombre d'orientations pour la mise en œuvre rapide de ces différents projets, notamment en ce qui concerne les projets agricoles et ceux des routes et infrastructures », a fait savoir M. Adovélande, qui a remplacé au poste de Président de la BOAD, M. Abdoulaye Bio Tchané. Ce dernier a démissionné de son poste, le 10 février dernier, pour briguer la magistrature suprême en République du Bénin.

 

Voici en intégralité les propos transcris M. Christian Adovélande à l'issue de l'audience

« J'ai l'honneur d'être reçu par le Chef de l'Etat. C'est d'abord pour le remercier pour ma nomination à la tête de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) et, à travers lui, remercier la Conférence des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'UEMOA, pour avoir pris cette décision et le rassurer que nous ne ménagerons aucun effort pour être à la hauteur des tâches.

J'ai discuté également avec le Chef de l'Etat des projets en exécution et en instruction et des projets togolais en instruction au niveau de la Banque Ouest Africaine de Développement.

Le Chef de l'Etat m'a donné un certain nombre d'orientations pour la mise en œuvre rapide de ces différents projets notamment en ce qui concerne les projets agricoles et ceux des routes et infrastructures. »

Commenter cet article

Jacques Philippe GOUTHON 28/02/2011 09:41


Le nouveau locataire de la BOAD est un cadre pas des moindres du bénin qui sera à la hauteur de la mission confiée par la conférence des chefs d'etat. Outre les projets cités dans le commentaire,
il est de necessité impérieuse pour le président de la boad de donner priorité à la question de reduction de la fracture numerique et de la protection des documents officiels dans un environnement
favorable à la cybercriminalité , à la contrefaçon et la falsification. AFRIKANET de Londre et PROOFTAG de France à notre humble avis ont acquis une expertise capable d'etre valoriser en afrique