Les NTIC, outil désormais indispensable de la recherche universitaire

Publié le par Administrateur

 

La table d'honneur face à l'auditoireL'Association  des Universités africaines (AUA) est résolument engagée à doter les universités africaines des moyens privilégiés dans l'utilisation des NTIC (Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication) dans l'enseignement et la recherche. En collaboration avec le Réseau National d'Education et de la Recherche au Togo, cette association cherche à fédérer des infrastructures de télécommunication pour impulser la recherche et l'éducation aux niveau national, régional et mondial. Pour donner la chance aux universités du Togo d'intégrer ce réseau africain, il est organisé un séminaire à Lomé. C'est le Directeur de Cabinet du Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, M. Garba Adadé Gbikpan qui a ouvert les travaux en présence de plusieurs personnalités universitaires et du secteur des télécommunications. 

En tant que représentant des groupes d'institutions de l'enseignement supérieurs, les réseaux nationaux de recherche et d'éducation ont pour mandat d'améliorer la connectivité de leurs membres.

« Celui du Togo va permettre de répondre également aux besoins grandissants des universités et des structures de recherche en bande passante et service réseaux évolués et d'interconnecter ces dernières aux réseaux d'enseignement et de recherche de grande capacité »,  indique le Président de l'Université de Lomé, le Professeur Kofi Ahadzi-Nonon.

Voilà pourquoi il souhaite vivement que la rencontre de Lomé « soit pour la communauté universitaire du Togo et ses partenaires, l'occasion d'échanges fructueux en vue de permettre à nos institutions d'enseignement supérieur et de recherche, de surmonter définitivement les obstacles que pose au développement, la formation et de la recherche, la maîtrise insuffisante des technologies de l'information et de la communication ».

Le Réseau national d'Education et de recherche au Togo qui sera mis en place est le 4ème après celui du Ghana, du Cameroun et du Sénégal.

« Aujourd'hui, il est inconcevable de faire de la recherche de qualité dans un environnement isolé. La tendance est de participer à des projets de recherches globaux au niveau mondial avec des laboratoires de très haute compétitivité. Il n'est donc pas réaliste que nos chercheurs y participent si nos institutions ne sont pas connectées au réseau global d'éducation et de recherche », a déclaré le Dr Boubakar Barry Coordonnateur de l'Unité Réseau d'Education et de Recherche (URER).

Le Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, M. Garba Adadé Gbikpan a salué  le principe que la communauté universitaire togolaise, « ait décidé d'enclencher le processus de mise en place d'un réseau d'éducation et de recherche dans notre pays, en vue de profiter des mécanismes de financement encore disponible pour rattraper son retard et intégrer les réseaux régionaux ».

Commenter cet article