Sommet de l’ONU sur les OMD : la Banque Mondiale favorable au financement des secteurs porteurs

Publié le par ABOU Hibana

 

Le Président de la Banque Mondiale, M.Robert B. Zoellick.Une session spéciale de l'Assemblée générale de l'ONU s'est ouverte ce lundi à New York et est consacrée à l'examen des progrès accomplis en direction des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), c'est-à-dire les engagements pris par les pays membres et leurs partenaires de développement pour éliminer l'extrême pauvreté et la faim et pour sensiblement améliorer le bien-être économique et social des populations pauvres du monde entier à l'horizon 2015. La Banque mondiale s'engage à accorder de nouveaux financements pour aider les pays à atteindre les OMD, dont notamment 8,3 milliards de dollars pour l'agriculture, 750 millions de dollars pour l'éducation et 600 millions pour la santé.

Jusqu'à ce que surviennent les crises alimentaires, énergétiques et financières qui ont marqué les 2 dernières années, les pays en développement progressaient en direction de ces objectifs, bien qu'à des rythmes différents, reconnaît la Banque mondiale. En 1981, 52 % des habitants des pays en développement vivaient en situation d'extrême pauvreté ; en 2005, cette proportion était tombée à 25 %. Les efforts déployés par les pays et leurs partenaires ont été productifs jusqu'à ce qu'éclatent les crises : la pauvreté avait fortement reculé en Asie de l'Est, en Amérique latine, en Europe de l'Est et en Europe centrale. Les progrès, toutefois, n'ont pas profité à tous, souligne l'institution de Bretton Woods.

L'Afrique subsaharienne continue d'être en retard dans le combat contre la pauvreté. Les taux de sous-alimentation et de malnutrition ont diminué, mais pas assez rapidement pour éliminer la faim à l'horizon 2015. Trop d'habitants de la planète souffrent de la faim, sont pauvres ou menacés par la pauvreté ; il n'y a pas assez d'emplois et l'accès aux services et aux opportunités économiques est insuffisant, constate la Banque mondiale.

Un projet inachevé

Selon un nouveau rapport de la Banque mondiale intitulé Unfinished Business: Mobilizing New Efforts to Achieve the 2015 millennium Development Goals (« Projet inachevé : redoubler d'efforts pour atteindre les objectifs de développement pour le millénaire en 2015 »), en 2010, 64 millions d'êtres humains supplémentaires vivent dans des conditions d'extrême pauvreté (c'est-à-dire avec moins de 1.25 dollar par jour). D'ici à 2015, 1.2 million d'enfants de plus pourraient décéder avant l'âge de 5 ans, 350 000 élèves de plus pourraient ne pas achever le cycle de l'enseignement primaire, et environ 100 millions de personnes supplémentaires pourraient ne pas avoir accès à l'eau potable.

Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, plus d'un milliard d'êtres humains ne mangent jamais à leur faim.

La croissance économique des pays en développement représente la moitié de la croissance de l'ensemble de l'économie mondiale ; il incombe donc à tous de partager la responsabilité des efforts nécessaires pour aider les pays à se replacer sur une trajectoire qui leur permettra de réaliser les promesses des OMD.

« Lorsque nous faisons le bilan des OMD, nous constatons que les crises ont aggravé la situation : trop d'habitants de la planète souffrent de la faim, sont pauvres ou menacés par la pauvreté. Il n'y a pas assez d'emplois et l'accès aux services et aux opportunités économiques est insuffisant », a déclaré le Président du Groupe de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick.

« Nous devons donc redoubler d'efforts pour concentrer notre soutien sur les populations pauvres et vulnérables. Nous devons investir dans les initiatives qui donnent de bons résultats et améliorer celles qui ne marchent pas. Ce faisant, nous devons toujours garder à l'esprit que ce travail consiste, en fin de compte, à donner aux populations les moyens d'agir. L'esprit humain peut accomplir des exploits. Nous devons offrir cette possibilité à chacun ».

Des financements additionnels

La Banque aide les pays à atteindre leurs OMD grâce aux nouveaux financements au titre de la santé, de l'éducation et de l'agriculture provenant de l'Association internationale de développement (IDA), qui accorde des crédits ne portant pas intérêt aux pays les plus pauvres.

Lors du Sommet sur les OMD, la Banque annoncera qu'elle centrera son action sur les 35 pays qui peinent à réaliser leurs OMD en raison de problèmes tels que le niveau élevé de la fécondité, les maladies et une nutrition infantile et maternelle inadéquate, et accroîtra l'ampleur des efforts de renforcement des systèmes de santé en procédant à un investissement supplémentaire de 600 millions de dollars au titre de programmes basés sur les résultats. La Banque accroîtra également de 750 millions de dollars le montant de ses investissements sous forme de dons et de crédits ne portant pas intérêt en faveur du secteur de l'éducation et apportera un appui supplémentaire de 8.3 milliards de dollars par an à l'agriculture, contre 4.1 milliard de dollars par an antérieurement à 2008.

Des résultats frappants

Grâce à l'appui de l'IDA, plus de trois millions d'enseignants ont été recrutés et/ou formés ; plus de deux millions de salles de classe ont été construites ou rénovées ; et environ 300 millions de manuels scolaires ont été achetés et/ou distribués. Les résultats sont également frappants dans le secteur de la santé.

Plus de 47 millions de personnes ont obtenu accès à des services de base dans le domaine de la santé, nutrition et population ; 2.5 millions de femmes enceintes ont reçu des soins prénataux ; 310 millions d'enfants ont été vaccinés ; la nutrition de 98 millions d'enfants a été améliorée ; environ deux millions d'adultes et d'enfants porteurs du VIH ont bénéficié de thérapies antirétrovirales. À ces résultats viennent s'ajouter le fait que plus de 113 millions de personnes ont maintenant accès à de meilleures sources d'approvisionnement en eau.

La Banque continue de travailler dans tous les grands domaines du développement - qu'il s'agisse des opportunités offertes aux femmes, des questions de santé, d'éducation et de nutrition, de la fourniture d'eau salubre ou de la création d'emplois - et les résultats de ses efforts aident les pays à tracer la voie à suivre pour atteindre les OMD.

(Source : Banque mondiale)

Commenter cet article