Une Réunion des adhérents de ReDéMaRe empêchée par les Forces de l'Ordre

Publié le par ABOU Hibana

Une réunion des adhérents du Réseau pour le développement de la masse sans ressources (RéDéMaRe) a été empêchée samedi dernier par les forces de l’ordre sur le terrain de Forever (Bè…), derrière le siège de la SAZOF (société d’administration des zones franches). Très informées, les forces de l’ordre ont bouclé très tôt le matin, le lieu qui devrait servir de cadre à la réunion d’échanges des adhérents de RéDéMaRe. Cette intervention de l’ordre intervient seulement quatre jours à peine après l’annonce par le ministre de la Justice et garde des sceaux, Kokou Biossey Tozoun, de la création d’un comité pour régler la question de ce GIE fermé de manière préventive sur ordre du conseil des ministres le 1er juillet dernier pour « activité non conforme ».

Le gouvernement accuse le directeur général Sama Essohanam d’avoir fait un montage financier pour escroquer la masse par la promesse d’un taux d’intérêt anormalement élevé.  RéDéMaRe, société d’intérêts et de placements, avait été fermé suite à la découverte des taux de rémunération de compte pratiqués, lesquels s’élevaient à jusqu’à 212% mais surtout suite au scandale financier d’ICC Services, son homologue béninois. Le scandale d’ICC Services a éclaboussé la classe politique béninoise et l’opposition parlementaire a même tenté de traduire le président  Yayi Boni devant la Haute cour de justice pour haute trahison.  RéDéMaRe  compte plus de 50 mille adhérents.

Le comité présidé par le ministre Kokou Tozoum et qui comprend même des officiers supérieurs des Forces armées togolaises (FAT) a annoncé que le problème de RéDéMaRe allait trouver un heureux dénouement avant le début de la rentrée prochaine, ce 13 septembre. L’argent trouvé sur les comptes de RéDéMaRe sera partagé entre les adhérents au prorata de leurs apports, avait suggéré le ministre. De sources officieuses, près de quatre milliards Cfa seraient retrouvés sur le compte de RéDéMaRe.

Plusieurs adhérents ne sont pas d’accord avec la proposition du gouvernement et exigent la libération du directeur de RéDéMaRe, M. Sama Essohanam. Ce dernier a été interpellé et écroué à la Prison civile de Lomé. Selon certaines sources, on demanderait au DG de RéDéMaRe de signer une reconnaissance de dettes de deux milliards. Ce qui prouve qu’il manquerait peut-être ce montant pour rembourser les adhérents ?

Contrairement à son homologue d’ICC Services qui a fait faillite après plusieurs années d’activité, RéDéMaRe n’était pas défaillant avant sa fermeture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article