Le Peuple togolais commémore le 13 janvier 2011 sous la grâce divine

Publié le par l'Administrateur


Le Président de la République à la prière du 13 janvier 2011
C'est sous la grâce divine que le peuple togolais a placé la commémoration de la date du 13 janvier 2011. Acteurs politiques de tous bords, confessions religieuses, autorités civiles et militaires et croyants ont donc, à l'unisson, répondu à l'appel des autorités du pays pour la prière musulmane et œcuménique organisée au Palais des Congrès de Lomé et sur l'ensemble du territoire national. Le Président Faure Gnassingbé, entouré du Premier Ministre Gilbert Houngbo et du Président de l'Assemblée nationale Abass Bonfoh, a assisté à la prière à Lomé.

 

La prière musulmane a été marquée par l'invocation d'Allah à travers la lecture du coran, les prières en kotokoli, éwé et français et un message de l'union musulmane du Togo, agrémentés de chants à la gloire de Dieu et de son prophète Mohammed.  

La communauté musulmane« Le temps des règlements de compte est révolu  », s'est écrié l'imam Sani Karim, en abordant la prière en français. « L'amour est le plus grand des commandements. Il doit donc être l'emblème et le standard de notre vie », a-t-il ajouté. Selon l'officiant, la journée du 13 janvier marque l'appel d'Allah, l'invite de chaque citoyen togolais à s'impliquer dans la vie de la nation. « Allah ne change pas la situation d'une cité, a souligné l'imam Karim, en citant le Saint Coran, Sourate 13 verset 11, si les individus qui la composent ne changent pas leurs coeurs ».  Il a ensuite rappelé que l'islam est une religion de paix et d'amour et non de violence et de haine. « Les musulmans, Monsieur le Président de la République, vous accompagneront dans votre mission confiée par Allah, celle qui consiste à réaliser la meilleure des requêtes du peuple togolais : la vraie réconciliation, dans la justice, l'amour et l'équité », a-t-il conclu.

Le culte œcuménique a quant à lui réuni les Eglises évangélique presbytérienne,Le Président de la République salue les confessions religieuses à la fin de la prière catholique, des Assemblées de Dieu et méthodiste. Que ce soit à travers le Livre de Ruth ou l'Evangile de Saint Jean, il s'est agit pour les différents célébrants d'attirer l'attention des Togolais sur la nécessité de faire une introspection et de se pardonner mutuellement pour une vraie réconciliation, c'est-à-dire « assumer le passé et s'unir pour l'avenir ». « Il n'y a pas de paix sans vérité, sans justice, sans réconciliation, sans amour et sans pardon », ont-ils insisté avant d'exhorter le peuple togolais à s'armer « d'audace et de courage pour demander à Dieu, l'esprit de compréhension et d'amour, pour réussir le processus de réconciliation enclenché par le Président de la République ».

Les Eglises ont tour à tour prié pour le Togo, les gouvernants, l'unité, la réconciliation et la paix, la protection de Dieu contre les calamités et les fléaux et la paix dans la sous-région.

 « Je pense que c'est un pas important, s'est réjoui, à la fin de la prière, le Ministre Pascal Bodjona (RPT). C'est à tous les Togolais de pouvoir lire ce résultat qui se situe dans la logique de la réconciliation voulue et prônée, non seulement par le Président de la République, mais qui a l'adhésion de toute la classe politique. Les Togolais sontVue patielle des fidèlespour la réconciliation nationale. Aujourd'hui, le 13 janvier 2011, placé sous le signe exclusivement du recueillement et de la prière, je crois que c'est à lire avec objectivité et apprécier et encourager le Président de la République et l'ensemble de la classe politique à aller dans cette voie de la réconciliation ».

Et à  son collègue Elliott Ohin (UFC) de renchérir : « il est indispensable que tous les fils et filles du Togo s'unissent pour bâtir leur pays. L'avenir de la nation ne se construit pas dans la haine et les bagarres fratricides, mais dans l'union de tous les citoyens. L'heure de cette union a donc sonné. Ce qui vient de se dérouler ce matin au Palais des Congrès de Lomé démontre à suffisance que le peuple togolais a pris conscience et s'est engagé sur la voie de la réconciliation pour développer la nation ».

Commenter cet article