Les efforts pour la réduction des catastrophes au Togo

Publié le par ABOU Hibana


Hounkpé Koffi, Point Focal National
Pour faire face à la fréquence des risques de catastrophes, les autorités togolaises prennent depuis quelques années, d'importantes mesures. En février 2007, avec l'appui de la Stratégie des Nations unies pour la réduction des catastrophes, une plate forme a été lancée au Togo. L'acte juridique formalisant cette plate forme a été pris le 4 avril 2007. Au plan international, le Togo est pays partie du Cadre d'action de Hyogo pour la réduction des risques de catastrophes, adopté en janvier 2005. Koffi Hounkpé, Point Focal National «Réduction des Risques de Catastrophes», explique à presidencetogo.com, le processus de mise en œuvre  des structures qui permettront à terme d'avoir au Togo, un véritable mécanisme d'alerte précoce.

 

 

presidencetogo.com : pouvez-vous rappeler l'importance de la mise en place d'un mécanisme d'alerte pour la réduction des risques de catastrophes et l'évolution du processus de sa mise en œuvre au Togo ?

Koffi Hounkpé : d'abord depuis un certain temps, des efforts se font pour intervenir lorsque les catastrophes surviennent. En 2007, nous l'avions expérimenté et la gestion des inondations s'est déroulée dans des conditions particulièrement difficiles. En 2008 et 2009, il y a eu une amélioration grâce à une meilleure organisation. Nous aurions même pu intervenir avant l'arrivée des catastrophes. Le Togo fait partie au cadre d'action de Hyogo pour la réduction des risques de catastrophes, un cadre mondial de référence pour la réduction des risques de catastrophes. La priorité N° 2 de ce plan d'action dit que les pays doivent faire des efforts pour prévenir davantage les catastrophes. Et ces efforts sont relatifs à la mise en place d'un système d'alerte précoce. Le Togo a donc intégré la réduction des risques des catastrophes dans son DSRP-C, dans la loi cadre sur l'environnement et dans le document d'aide des Nations unies pour le développement. Les différents partenaires sont prêts à aider notre pays, parce que les autorités en ont fait une très grande priorité.  Mais pour renforcer cet accompagnement il nous faut nous organiser davantage.

Aujourd'hui quelles sont les mesures de prévention des catastrophes qui existent au Togo ?

Koffi Hounkpé : le système d'alerte précoce n'existe pas encore au Togo. Ce que nous faisons actuellement consiste en la mise  en place préalable du mécanisme. C'est-à-dire techniquement, quels sont les éléments qui doivent composer notre système d'alerte ? Quelle est la chaîne de ce système d'alerte précoce ? Qui doit faire quoi et quand ? etc.

Les questions de prévention sont multiples. C'est difficile de prévenir à 100%, c'est pourquoi il faut se préparer pour gérer les catastrophes au cas échéant.  Aujourd'hui par exemple, nous savons que la plupart des cours d'eau sont envasés. Les gens cultivent jusqu'aux abords des cours d'eau. Donc, lorsqu'il y a un peu de pluie, l'eau sort de son lit pour envahir les maisons. Pour faire face à cette situation, nous avons une planification pour le reboisement le long des cours d'eau ; il y a également le curage de certains cours d'eau, des lagunes et des caniveaux, pour prévenir les catastrophes dues aux inondations.

Quelle doit être la contribution des populations ?

Koffi Hounkpé : les catastrophes nous concernent tous ; d'autant que parfois nous en sommes les responsables. Quelqu'un qui bouche les caniveaux devant chez lui, contribue aux inondations. Il faut donc une prise de conscience. Certains le font par ignorance. Il faut donc mettre l'accent sur l'information et la sensibilisation. L'effort doit être collectif.

Quels sont vos moyens d'action ?

Koffi Hounkpé : nous disposons d'abord des compétences. Pour les moyens financiers, le Programme des Nations Unies pour le Développement est l'un de nos principaux partenaires pour la mise en place d'un mécanisme d'alerte précoce. La Banque mondiale a accepté également de nous accompagner en équipant notamment les services de la météorologie nationale en matériels adéquats. Des actions seront également menées au niveau des communautés à la base pour leur permettre de mener des actions en interne, en attendant l'arrivée des secours.

Commenter cet article